Bref historique du Comité d’action de RCI

In English here

Le Comité d’action de RCI a débuté en tant que Coalition pour restaurer le financement intégral de RCI en 1991, juste après l’annonce que RCI perdrait la moitié de son budget et la moitié de ses sections linguistiques.

J’étais l’un des 93 employés dont les emplois ont été supprimés. Lors d’une pause pendant une réunion des ressources humaines, nous avons réalisé que ce serait la dernière fois que nous nous reverrions. Nous avons demandé à notre syndicat (SCFP à l’époque) de nous fournir de pizzas et des pancartes vierges, puis nous avons fait une démonstration à l’extérieur des bureaux de RCI au coin d’Amherst et de René-Lévesque. C’était notre première manifestation publique.

Un mois plus tard, nous avons tenu une conférence de presse à l’Édifice national de la presse à Ottawa.

Puis, en décembre, nous avons témoigné devant un comité parlementaire, toujours à Ottawa.

À l’époque, nous n’avions pas l’Internet. Nous avons donc passé des heures au téléphone et des heures à télécopier des députés, des sénateurs, des organisations et des particuliers. Et ce n’était pas seulement notre personnel qui s’impliquait :, Sheldon Harvey, le président du Canadian International DX Club (CIDX), a beaucoup aidé. De plus, Bill Westenhaver, membre du CIDX et futur membre du personnel de RCI, était l’un des principaux participants bénévoles pour faire des télécopieurs.

Nous avons eu beaucoup de couverture dans les journaux, à la télévision et à la radio, nous avons été invités par des comités parlementaires à témoigner, nous avons participé au lancement d’une enquête du Sénat sur les compressions et nous avons reçu des milliers de lettres d’auditeurs du monde entier.

Et nous avons appris à ne jamais sous-estimer la capacité des politiciens à nous écouter, en particulier les sénateurs non élus, qui prennent leur rôle de chambre de second examen objectif au sérieux.

Cette première année, après que la Coalition a témoigné devant ce comité de la Chambre des communes, le comité parlementaire a formulé des recommandations pour appuyer RCI.

Et ne sous-estimez jamais la volonté des politiciens conservateurs de nous soutenir. L’un des plus fervents partisans après les coupures était le sénateur conservateur Finlay MacDonald, qui, après nous avoir rencontrés à Ottawa, s’est levé au caucus conservateur, devant le premier ministre Brian Mulroney, et a dénoncé les coupures à RCI.

Trois ans plus tard, c’est lui et le sénateur libéral Raymond Perrault qui ouvriraient une enquête sur les compressions et concluraient que RCI devait être rétabli et, en fait, obtenir plus de ressources.

C’était un long processus. Cela a demandé beaucoup de patience. Et il y a eu de nombreuses déceptions au fil des ans.

Je vous épargnerai les détails des batailles de 1995, 1996, 2001 etc., mais il y en avait beaucoup. Certains étaient publics et certains étaient dans les coulisses.

C’est en 2001, lorsqu’un autre redéploiement géant du personnel nous a frappé, que nous avons changé le nom du comité en Comité d’action RCI. Nous ne nous battions plus pour restaurer le financement; nous menions une bataille désespérée pour survivre.

En 2012, lors de notre bataille pour empêcher Radio-Canada/ CBC d’abandonner la radiodiffusion en ondes courtes, nous avons fait preuve de détermination, mais  finalement c’était voué à l’échec, lorsque le ministre conservateur du Patrimoine James Moore a changé le décret selon lequel nous avions insisté devait être respecté: l’obligation pour RCI de diffuser sur ondes courtes.

Notre bataille en 2020 est plus claire et encore plus fondamentale: toute notre raison d’être de diffuser à un public international nous est enlevée.

C’est peut-être notre dernier combat.

Wojtek Gwiazda

wojtekrciaction@gmail.com

Plus d’info ici: http://rciaction.org/blog/2020/12/13/%c2%abmodernisation%c2%bb-de-rci-a-mort/

____

Comité d’action de RCI

Site Web: http://rciaction.org/blog/

Twitter: https://twitter.com/rci_action

Instagram: https://www.instagram.com/rci_action_committee/

Groupe Facebook: https://www.facebook.com/groups/61392551483

Page Facebook: https://www.facebook.com/Radio-Canada-International-Action-Committee-RCI-Action-Committee-111166015613472/

Courriel: rciaction@yahoo.ca

Porte-parole: wojtekrciaction@gmail.com

«Modernisation» de RCI à mort!

In English here

Le 3 décembre 2020, le radiodiffuseur public national canadien de radio et de télévision Radio-Canada/CBC a annoncé «une transformation majeure» de Radio Canada International (RCI) intitulée « Radio Canada International se modernise pour le XXIE siècle ». Et si vous ne saviez rien de la relation toxique entre les deux, vous penseriez vraiment que c’était une excellente nouvelle.

Après toutes les réductions budgétaires que le radiodiffuseur national a imposé à RCI (par exemple une réduction de 80% en 2012), l’actualité est cette fois « plus de langues », « plus de visibilité » et « une offre éditoriale bonifiée ».

Jetons un coup d’œil à ces “améliorations” une à la fois.

Comment Radio-Canada/CBC a-t-elle décidé de donner «plus de visibilité» au contenu Internet de RCI? Ils vont l’enfouir dans les sites Web de CBC et Radio-Canada et ne pas permettre à RCI de continuer sur un site qui existe depuis 1996.

Dans cette même annonce, Radio-Canada/CBC déclare ajouter des sections complètes en pendjabi et en tagalog aux services existants en anglais, français, espagnol, arabe et chinois. En fait, elle ajoute un journaliste «sur le terrain» pour travailler en punjabi, et un en tagalog – pas des sections entières.

En ce qui concerne les services espagnol, arabe et chinois qui comptent chacun trois animateur-réalisateurs chevronnés et expérimentés offrant un contenu adapté à leurs publics cibles à l’extérieur du Canada, il n’en restera qu’un seul, les deux autres seront licenciés. Qui restera est un «journaliste» (anciennement animateur-réalisateur) par langue, qui sera obligé de traduire les textes des sites Web de CBC et de Radio-Canada.*

Et maintenant nous arrivons aux sections qui travaillent dans les langues officielles du Canada, soit le français et l’anglais. Encore une fois, chacun de ces services compte trois présentateurs réalisateurs chevronnés et expérimentés qui offrent un contenu adapté à un public international qui a besoin d’explications que le service national n’est pas obligé de faire. Alors, que sera obligée de faire la Voix du Canada dans cette «transformation majeure»? Renvoyez les six réalisateurs et ayez un rédacteur, un à Radio-Canada et à CBC, choisissez des histoires et placez-les sur le «site Web de RCI», qui n’est qu’une section des sites Web de Radio-Canada et de CBC. Oui, ce qui donnent à RCI «plus de visibilité».

L’annonce de Radio-Canada/CBC parle avec éloge de la façon dont RCI a fourni une perspective canadienne sur les affaires mondiales, mais dérive ensuite pour parler de «se connecter avec les nouveaux arrivants dans notre pays», s’engager « avec son public cible et en particulier les nouveaux arrivants», et rendre ce nouveau contenu « disponibles gratuitement aux médias multilingues intéressés». On dirait que CBC / Radio-Canada est déterminée à desservir les communautés ethniques du Canada.

Mais il y a un problème. Ce n’est pas le mandat de RCI. Et Radio-Canada/CBC n’a pas le droit de modifier ce mandat. Parce que la Loi canadienne sur la radiodiffusion, le paragraphe 46 (2), impose une condition dans le cadre des exigences de licence du radiodiffuseur public national pour fournir un service international « et ce conformément aux instructions que le gouverneur en conseil peut donner.».

Et le dernier décret du Son Excellence le Gouverneur général en conseil, numéro CP: 2012-0775, affirme que Radio Canada International doit « produire et distribuer une programmation conçue pour des auditoires étrangers en vue de mieux connaître le Canada, ses valeurs et sa vie sociale, économique et culturelle »

Cette dernière annonce de Radio-Canada/CBC n’est malheureusement qu’une autre parmi une série d’actions au cours des 30 dernières années pour éliminer la Voix du Canada. Après avoir échoué à fermer le service en 1990, 1995 et 1996 lorsque la pression des auditeurs du monde entier, des députés et des sénateurs canadiens a mis fin à la fermeture, le radiodiffuseur national s’est mis à démanteler RCI une section après l’autre, une ressource après l’autre en une mort par mille coupures.

Cet assaut contre RCI a vraiment commencé en 1990 lorsque la Voix du Canada était un service international très populaire et respecté de 200 employés, diffusant dans 14 langues entendues dans le monde entier. La réduction de 1990 a supprimé la moitié des employés et la moitié des sections linguistiques. Au fil des ans, sous prétexte de rationaliser et d’améliorer le service, c’est une compression après l’autre. Avec l’annonce de cette année, RCI comptera neuf employés au total!

Insatisfaite de la réduction des ressources, Radio-Canada/CBC s’est aussi constamment efforcée de saper le rôle international de RCI.

Lorsqu’en 2003 un comité parlementaire canadien s’est mis d’accord avec le Comité d’action de RCI, en soulignant le rôle international important de RCI et en suggérant que davantage de ressources devraient être accordées à RCI, Radio-Canada/CBC a répondu en supprimant deux de ses politiques d’entreprise clés qui soulignaient spécifiquement la nécessité de produire des émissions pour un public international, encore une fois, malgré une obligation en vertu de la loi sur la radiodiffusion.

Les réductions de ressources et la limitation ou la diminution de la portée de RCI ont culminé en 2012 lorsque Radio-Canada/CBC a annoncé qu’elle retirait RCI des émissions de radio en ondes courtes qui étaient le principal moyen de communication avec le monde depuis 1945.

Cette décision a délibérément ignoré le décret de 2003 qui obligeait expressément Radio-Canada/CBC, dans le cadre de sa licence, à diffuser RCI sur ondes courtes. Deux mois après que les protestations du Comité d’action de RCI aient souligné l’illégalité de cette décision, le ministre du Patrimoine canadien de l’époque a modifié le décret, éliminant les ondes courtes des obligations de RCI.

Toute cette triste histoire souligne un problème majeur auquel Radio Canada International est confronté: Un radiodiffuseur national est en train de décider si le Canada devrait ou non avoir une voix internationale dans le monde et dans quelle mesure il devrait être financé.

Il est toutefois très clair que la décision de savoir si le Canada devrait avoir une voix sur le monde et dans quelle mesure elle devrait être financée devrait être une décision prise par le Parlement.

En attendant, le ministre du Patrimoine canadien Steven Guilbeault devrait dire à Radio-Canada/CBC qu’elle n’est pas autorisée à faire ce dernier changement de politique. Ensuite, il devrait geler tout changement au service jusqu’à ce qu’il y ait un renouvellement sérieux de La Voix du Canada, qui lui donnera une protection financière et politique contre une relation toxique avec le radiodiffuseur national.

_____________

Corrrection: “En ce qui concerne les services espagnols, arabes et chinois, qui comptent chacun trois présentateurs-réalisateurs chevronnés et expérimentés offrant un contenu adapté à leurs publics cibles à l’extérieur du Canada, eh bien, ils sont tous renvoyés. Il ne restera qu’un «journaliste» par langue, qui sera obligé de traduire les textes qui leur seront remis en français et en anglais.”

Maintenant corrigé à: “En ce qui concerne les services espagnol, arabe et chinois qui comptent chacun trois animateur-réalisateurs chevronnés et expérimentés offrant un contenu adapté à leurs publics cibles à l’extérieur du Canada, il n’en restera qu’un seul, les deux autres seront licenciés. ** Qui restera est un «journaliste »(anciennement animateur-réalisateur) par langue, qui sera obligé de traduire les textes des sites Web de CBC et de Radio-Canada.” Correction 2021-03-30

____

Comité d’action de RCI

Site Web: http://rciaction.org/blog/

Twitter: https://twitter.com/rci_action

Instagram: https://www.instagram.com/rci_action_committee/

Groupe Facebook: https://www.facebook.com/groups/61392551483

Page Facebook: https://www.facebook.com/Radio-Canada-International-Action-Committee-RCI-Action-Committee-111166015613472/

Courriel: rciaction@yahoo.ca

Porte-parole: wojtekrciaction@gmail.com

Senatrice Rosa Galvez ‘inacceptable’ ‘un coup mortel’ RCI

Ceci est simplement inacceptable. Il s’agit d’un coup mortel et non d’une modernisation! En plus, donner ce coup de masse en pleine pandémie est irresponsable.

Tous les expatriés, soldats, diplomates comptent sur RC international pour avoir de nouvelles de leur patrie. Les premières informations que j’ai eu au sujet du Québec et du Canada lorsque j’habitais encore au Pérou ont été via RC international. Ça m’a aidé à connaitre cet inmense psys qu’est le Canada d’un océan à un autre océan, sa nature, son histoire, pratiquer et apprendre les langues officielles du Canada et entendre et connaître les accents québécois et anglais canadien et le différencier de l’accent français européen et l’anglais de la Grande Bretagne. Une fois ici, j’écoute toujours RC international en espagnol, ça fait chaud au coeur. On doit protester !!!

Le mots de la sénatrice Rosa Galvez sur sa page facebook officielle que vous pouvez consulter ici : https://www.facebook.com/SenRosaGalvez/posts/1499882317068814

Plus d’informations: http://rciaction.org/blog/2020/12/13/%c2%abmodernisation%c2%bb-de-rci-a-mort/

____

Comité d’action de RCI

Site Web: http://rciaction.org/blog/

Twitter: https://twitter.com/rci_action

Instagram: https://www.instagram.com/rci_action_committee/

Groupe Facebook: https://www.facebook.com/groups/61392551483

Page Facebook: https://www.facebook.com/Radio-Canada-International-Action-Committee-RCI-Action-Committee-111166015613472/

Courriel: rciaction@yahoo.ca

Porte-parole: wojtekrciaction@gmail.com

CBC/Radio Canadá recorta personal y reduce producción en español – RCI

CBC/Radio Canadá anunció nuevos recortes en Radio Canada International (RCI) lo que provocará una reducción en el servicio y producción de contenidos propios en español.

Fundada en 1945, RCI es el servicio de transmisión internacional de la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) y la división de español es considerada como una de las pocas vías de comunicación para las llamadas minorías culturales que raramente son reflejadas en los contenidos de CBC/Radio Canadá…

El artículo completo de The Bridge Canada está aquí https://thebridgecanada.com/cbc-radio-canada-recorta-personal-y-reduce-produccion-en-espanol/

Más información aquí, en inglés: http://rciaction.org/blog/2020/12/04/modernizing-rci-to-death/

Curriculum Vitae – Radio Canada International (RCI)

Seventy-five years is a long time, so it’s not surprising that most people don’t know what Radio Canada International (RCI) has done since its inauguration in 1945. Obviously, it’s impossible to list all its achievements and awards, but let’s try to look at a few of these.

Radio Canada International (RCI) was a highly respected medium sized international broadcaster, which had produced programmes in about 20 different languages. As Canada’s Voice to the World it innovated with shortwave radio broadcasting, barter agreements for transmitter time, satellite feeds, programme placements, and the Internet. It won appreciation and awards around the world not only for its news and current affairs programming, but also for numerous other services such as French and English lessons for local radio broadcasters throughout the world, and the recording and distribution of records of Canadian pop and classical artists.

Here’s a quick review of RCI since 1945:

In 1990, Radio Canada International had an audience of between 9 and 16 million.  It broadcast specially targeted programmes in English and in French to Europe, Africa, Asia and the Americas. As well it had targeted programmes in Russian, Ukrainian, Polish, Czech, Slovak, Hungarian, German, Portuguese, Spanish, Arabic, Chinese, and Japanese. After the cuts in 1991, only seven languages remained but RCI was still providing 232 hours of RCI programming heard around the world.

In 1982, to assure RCI delivered, quick, insightful news, tailored for an international audience, from Canada’s capital, it set up an Ottawa bureau with three journalists in English, and three in French who daily reported to all RCI’s targeted areas.

The RCI Music Transcription Service, which started officially in 1947 and ended with the cuts in 1991, recorded popular, jazz and classical artists, and released these recordings worldwide of, among others, Glenn Gould, Oscar Peterson, Louis Lortie, Pierrette Alarie, Jean Carignan, Moe Koffman, Tommy Banks, Karen Young, Andre Gagnon, UZEB, Pauline Julien, Gilles Vigneault. See this article in the Canadian Encyclopedia here.

Radio Canada International was an early innovator and adoptee of the Internet. Its website started in 1996, the next year it featured an inter-active seven language website that gave political background and live updates on the election results, plus taped reports. All this in addition to its regular live programming with analysis and the election results in all languages around the world on election night.

RCI produced spoken word and musical programs for foreign radio stations.

RCI produced a monthly “Pick of the Pops” collection of Canadian music hits in both English and French distributed to 250 stations around the world.

RCI produced English and French radio language lessons about the Canadian reality and distributed them to radio stations around the world in Europe, Africa, Asia and Latin America.

RCI managed and supervised Canadian Forces Network programming for Canadian peacekeepers around the world.

RCI produced a weekly half hour business show broadcast locally in Hong Kong.

At its shortwave transmitter site in Sackville, New Brunswick, RCI engineers innovated remarkable techniques to broaden RCI’s reach around the world as well as innovating in barter agreements for transmitter time with international broadcasters around the world.

In the 1990s, RCI hosted a series of biennial conferences called Challenges for International Broadcasting bringing together international broadcasters, academics and others.

Since 2012, RCI has produced web programming in English, French, Spanish, Arabic and Chinese.

In 2020, the national broadcaster CBC/Radio-Canada announced RCI staff will translate texts from its domestic service, and would have a total workforce of nine people.

_____

RCI Action Committee

Website: http://rciaction.org/blog/

Twitter: https://twitter.com/rci_action

Instagram: https://www.instagram.com/rci_action_committee/

Facebook Group: https://www.facebook.com/groups/61392551483

Facebook Page: https://www.facebook.com/Radio-Canada-International-Action-Committee-RCI-Action-Committee-111166015613472/

Email: rciaction@yahoo.ca

Spokesperson: wojtekrciaction@gmail.com

“It touched me a lot” Ingrid Betancourt on RCI news report

Ingrid Betancourt, a Columbian politician held captive for six years in her own country, was awarded the Quebec National Assembly’s medal of honour in 2009 for her commitment to human rights.

In a Montreal Gazette article, dated September 24, 2009, she describes her love for Canada, and how during her captivity she tuned into Radio Canada International, heard her name and about her ordeal.

“It touched me a lot,” Betancourt said.

_____

RCI Action Committee

Website: http://rciaction.org/blog/

Twitter: https://twitter.com/rci_action

Instagram: https://www.instagram.com/rci_action_committee/

Facebook Group: https://www.facebook.com/groups/61392551483

Facebook Page: https://www.facebook.com/Radio-Canada-International-Action-Committee-RCI-Action-Committee-111166015613472/

Email: rciaction@yahoo.ca

Spokesperson: wojtekrciaction@gmail.com

Ça relève quasiment du saccage!

Voici des extraits d’un article rédigé par Hugo Prevost sur le site de la chaîne nationale Radio-Canada à propos des coupures à Radio Canada International:

Du côté du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Radio-Canada (STTRC), on s’insurge contre cette nouvelle réduction des effectifs chez RCI.

Du côté du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Radio-Canada (STTRC), on s’insurge contre cette nouvelle réduction des effectifs chez RCI.

Ça relève quasiment du saccage! On a déjà eu 200 personnes qui travaillaient à RCI, se souvient ainsi Pierre Tousignant, président du SCRC. Et là, il reste combien de personnes?

Ce dernier se dit habité par un mélange de tristesse et de colère.

Je trouve que sous couvert de vouloir assurer la pérennité de RCI et de dire qu’on veut le rendre pertinent, on ampute littéralement la fonction internationale de RCI. Je pensais que RCI était pertinent, point à la ligne.

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1754260/medias-radio-canada-international-refonte

Plus d’informations: http://rciaction.org/blog/2020/12/13/%c2%abmodernisation%c2%bb-de-rci-a-mort/

____

Comité d’action de RCI


Site Web: http://rciaction.org/blog/

Twitter: https://twitter.com/rci_action

Instagram: https://www.instagram.com/rci_action_committee/

Groupe Facebook: https://www.facebook.com/groups/61392551483

Page Facebook: https://www.facebook.com/Radio-Canada-International-Action-Committee-RCI-Action-Committee-111166015613472/

Courriel: rciaction@yahoo.ca

Porte-parole: wojtekrciaction@gmail.com


‘Modernizing’ RCI to death!

En français ici

On December 3, 2020, Canada’s national public radio and television broadcaster CBC/Radio-Canada announced “a major transformation” of Radio Canada International (RCI) titled “Modernizing Radio Canada International for the 21st century. And if you didn’t know anything about the toxic relationship between the two, you would really think this was great news.

After all the budget cuts the national broadcaster has imposed on RCI (for example an 80 % cut in 2012) the news this time is more languages, greater visibility, and an expanded editorial line-up.

Let’s take these “improvements” one at a time.

How has CBC/Radio-Canada decided to give “greater visibility” for RCI’s Internet content? They’re going to bury it in inside the CBC and Radio-Canada websites, and not allow RCI to continue on a site that has existed since 1996.

In this same announcement, CBC/Radio-Canada says it’s adding complete sections in Punjabi and Tagalog to the existing services in English, French, Spanish, Arabic and Chinese. In fact it’s adding one journalist to work in Punjabi, and one in Tagalog – not whole sections.*

As far as the Spanish, Arabic and Chinese services which each have three seasoned experienced presenter-producers offering tailored content for their target audiences outside Canada, only one will remain, the other two will be fired.** Who will remain is one “journalist” (formerly host-producer) per language, who will be obliged to translate texts from the CBC and Radio-Canada websites.***

And now we come to the sections working in Canada’s official languages of English and French. Again, each of these services has three seasoned experienced presenter-producers offering tailored content for an international audience that needs explanations that the domestic service is not obliged to do. So what will Canada’s Voice to the World be obliged to do in this “major transformation”? Fire all six producers and have an editor at CBC, and one at Radio-Canada, choose some stories, and place it on the “RCI website” which is just a section of the CBC and Radio-Canada websites. Yes, the ones that give RCI “greater visibility”.

The CBC/Radio-Canada announcement speaks glowingly about how RCI has provided a Canadian perspective on world affairs, but then starts skidding into talking about “connecting with newcomers to our country”, “engaging with its target audience, particularly newcomers to Canada”, and making this new content “freely available to interested ethnic community media.” Certainly sounds like CBC/Radio-Canada is intent on servicing ethnic communities in Canada.

But there’s a problem. That’s not RCI’s mandate. And CBC/Radio-Canada has no right to change that mandate. Because Canada’s Broadcasting  Act,  Article 46 (2), makes it a condition of the national public broadcaster’s licence to provide an international service “in accordance with such directions as the Governor in Council may issue.”

And the latest Governor in Council, Order in Council, PC Number: 2012-0775, says Radio Canada International must “produce and distribute programming targeted at international audiences to increase awareness of Canada, its values and its social, economic and cultural activities”.

This latest announcement by the CBC/Radio-Canada is, unfortunately, yet another in a string of actions over the last 30 years to eliminate Canada’s Voice to the World.

After failing to shutdown the service in 1990, 1995 and 1996 when pressure from listeners from around the world, and from Canadian Members of Parliament and Senators stopped the closure, the national broadcaster went about dismantling RCI one section after another, one resource after another in a death by a thousand cuts.

This assault on RCI really started in earnest in 1990 when Canada’s Voice to the World was a widely popular and respected international service of 200 employees, broadcasting in 14 languages heard around the world. The 1990 cut removed half the employees, and half the language sections. Over the years, under the guise of streamlining and improving the service, it’s been one cut after another. With this year’s announcement RCI will have a total of nine employees!

Not satisfied with cutting resources, CBC/Radio-Canada has also continually tried to undermine RCI’s international role.

When in 2003 a Canadian parliamentary committee agreed with the RCI Action Committee, in emphasizing RCI’s important international role and suggested more resources should be given to RCI, CBC/Radio-Canada responded by removing two key corporate policies that specifically outlined the necessity for producing programmes for an international audience, again, despite an obligation under the Broadcasting Act.

The reductions in resources, the limiting or decreasing of RCI’s outreach, culminated in 2012 when CBC/Radio-Canada announced it was taking RCI off of shortwave radio broadcasts which had been the main way of communicating to the world since 1945.

This decision deliberately ignored the 2003 Order in Council that specifically obliged CBC as part of its licence to have RCI broadcast on shortwave. Two months after protests by the RCI Action Committee highlighted the illegality of this move, the Canadian Heritage Minister at the time, changed the Order in Council, eliminating shortwave from RCI’s obligations.

This whole sorry tale underlines a key problem facing Radio Canada International:

A domestic national broadcaster is deciding whether or not Canada should have an international voice to the world, and how well it should be funded.

Clearly however, the decision of whether Canada has a Voice to the World and how well it should be funded, should be a decision made by Parliament.

In the meantime, Canadian Heritage Minister Steven Guilbeault should tell CBC/Radio-Canada that it is not allowed to make this latest policy change. Then he should freeze any changes to the service until there is a serious renewal of the Voice of Canada, one that will give it financial and political protection from a toxic relationship with the national broadcaster.

_____________

* Correction to sentence, it originally stated “In fact it’s adding one “field” journalist to work in Punjabi, and one in Tagalog – not whole sections.”  The word “field” has been removed. Corrected 2021-02-05

** Correction to sentence, it originally stated “As far as the Spanish, Arabic and Chinese services which each have three seasoned experienced presenter-producers offering tailored content for their target audiences outside Canada, well, they’re all fired.” Correction “…only one will remain, the other two will be fired.” Corrected 2021-03-30
*** Correction to sentence, it originally stated “What will remain is one “journalist”  per language, who will be obliged to translate texts given to them in English and French.” We now know that no one will give the journalists texts, they will translate texts from the CBC and Radio-Canada websites. “Who will remain is one “journalist” (formerly host-producer) per language, who will be obliged to translate texts from the CBC and Radio-Canada websites.” Corrected 2012-02-05 and 2021-03-30

___

December 3 policy announcement does not respect international mandate of RCI, details here

_____

RCI Action Committee

Website: http://rciaction.org/blog/

Twitter: https://twitter.com/rci_action

Instagram: https://www.instagram.com/rci_action_committee/

Facebook Group: https://www.facebook.com/groups/61392551483

Facebook Page: https://www.facebook.com/Radio-Canada-International-Action-Committee-RCI-Action-Committee-111166015613472/

Email: rciaction@yahoo.ca

Spokesperson: wojtekrciaction@gmail.com

Le STTRC dénonce à nouveau une coupe à blanc faite à Radio Canada International

MONTREAL, le 3 déc. 2020 /CNW Telbec/ – Le syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada (STTRC) dénonce la suppression de 13 postes permanents et 3 postes contractuels à Radio Canada International (RCI). La Société Radio-Canada (SRC) invoque une restructuration nécessaire pour assurer la pérennité et la pertinence de RCI. Mais dans les faits, ces compressions auront plutôt comme principal impact d’amputer le caractère international de RCI.

Ce n’est pas la première fois que RCI subit les assauts de la direction de Radio-Canada. Mais cette fois-ci, la direction a choisi de délaisser le mandat de RCI, d’être la voix du Canada à l’étranger pour plutôt « se rapprocher des communautés installées au Canada ». La loi sur la radiodiffusion explique pourtant clairement que Radio-Canada doit fournir un service international (article 46,2).

En pratique, cela veut dire de permettre à des auditrices et des auditeurs se trouvant sur les cinq continents d’avoir accès à une information qui leur permet de mieux comprendre les réalités canadiennes. Les avancées technologiques des dernières années devraient encore plus facilement rendre possible l’atteinte de cet objectif.

Au lieu de cela, l’actuelle direction de la SRC choisit une approche qui met l’accent sur la mise en valeur du multiculturalisme canadien. Ce n’est pas le mandat confié par le Parlement canadien à RCI.

Le STTRC demande que Radio-Canada annule les suppressions de postes annoncées et donne à RCI les ressources humaines et techniques nécessaires pour réaliser pleinement son mandat. RCI ne doit pas devenir un média qui ne s’adresse qu’à certaines communautés culturelles canadiennes, mais demeurer la voix du Canada à l’étranger.

À propos

Le syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada (STTRC, ancien SCRC) compte plus de 2500 membres au Québec et à Moncton. Il est affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et à la Fédération nationale des communications et de la culture (FNCC).

SOURCE Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada (STTRC)

Renseignements: Thierry Larivière, Conseiller aux communications à la CSN, 514-966-4380

****

Communiqué – Radio-Canada/CBC – ici:

https://cbc.radio-canada.ca/fr/salle-de-presse/transformation-majeure-de-radio-canada-international

Five years ago, last day of radio at Radio Canada International

Five years ago, Radio Canada International stopped being a radio station, and only an on-line web service.

On the last day of radio programming on June 24, 2012, some of the newsreaders and host/producers ended their last broadcasts and then shared their reflections on Radio Canada International in this series of five videos.

It was an emotional day. All were professional, but clearly devoted to our international service and its tradition of presenting Canada to the world.

Last English Newscast – Radio Canada International – RCI

Last Chinese newscast – Radio Canada International – RCI

Last Arabic newscast – Radio Canada International – RCI

Last French Newscast – Radio Canada International – RCI

“El Castor Mensajero” in Spanish. Last radio broadcast from Radio Canada International – RCI

CBC TV report on last radio broadcasts from Radio Canada International – RCI

Page 3 of 9«12345»...Last »